Amourophage : Scène 2 (1er Partie)

Publié le par ManuMeuh

 
Scène 2

De l’art de créer
 
L’homme est allongé sur le lit, il dort paisiblement. A côté de sa tête, la feuille qui a servi à faire la lettre est soigneusement pliée. Il semble avoir fini de l’écrire.
La lumière bleue revient soudain, dans le même bruit sourd.
L’homme sursaute.
 
- Quoi ? Qu’est-ce qui se passe ?
- Alors, mon explication ?
(Il s’assoit sur sa couchette, en se frottant les yeux… Le réveil est brutal)
- Dommage.
- Quoi donc ?
- Vous n’êtes pas un rêve.
- Vous en doutiez ?
- Disons que j’espérais sincèrement ne pas avoir conclu de pacte intenable avec un extraterrestre infophage.
- Infophage ? Ca n’est dans aucune de vos sources de données.
- Et pour cause, je viens de l’inventer !
- Vous semblez crispé. Votre rythme cardiaque est élevé.
- Et comment vous pouvez savoir ça d’abord ? Un peu que mon rythme cardiaque est élevé : vous m’avez fait sursauté comme jamais ! Vous avez débarqué ici comme un cow-boy… A l’américaine !
- Qu'est-ce que vous voulez dire par « A l’américaine » ?
- Comment vous expliquer la philosophie américaine... En gros, c'est le premier peuple terrien à vous avoir détectés, par sa technologie. C'est ensuite le premier peuple, qui a cru comprendre ce que vous étiez, et pourquoi vous étiez là... C'est aussi le premier peuple qui a envoyé l'ensemble de son arsenal nucléaire à votre encontre en fêtant sa victoire prochaine... Enfin, c'est le premier peuple terrien à avoir entièrement été éradiqué...
- Vous voulez sûrement parler des habitants de la zone nommée « Etats-Unis »... Selon vos sources de données, l'Amérique représente l'ensemble du continent... Si on considère la syntaxe de votre langue, il serait plus propre et plus logique de les appeler les "Etats-uniens"
- Quelle importance à présent... Vous les avez faits entièrement disparaître... Mais ne changez pas de sujet : comment pouvez-vous connaître mon rythme cardiaque ? Je ne suis branché à aucun appareil !
- Un organisme aussi simpliste que le votre est facile à observer. Votre cellule est en observation constante, comme toutes les autres.
- Les autres ? Il y en a tant que ça ?
- Inutile de vous donner un chiffre, votre esprit ne pourrait pas le représenter.
- Mon esprit a quand même réussi à créer un mot que vous ne connaissiez pas !
- Quel intérêt ?
- Exprimer une idée originale. Pour mon « Infophage » par exemple, vous avez « Info » pour le côté information, et « phage » qui veux dire mangeur. Infophage est un néologisme : un mot créé de toute pièce, mais qui exprime une idée précise, ici « mangeur d’informations ».
Et le mangeur, c’est vous !
- Je ne comprends pas l’intérêt d’une telle réflexion : dire « mangeur d’information » est plus économique par rapport à la dépense d’énergie générée lors de la création d’un mot nouveau. De plus, vous prenez le risque de ne pas être compris par tout le monde.
- Un humain me comprendrait très bien : vous, vous ne faites que traduire comme un dictionnaire, et ce genre de mot vous bloque. Vous comparez juste une liste de mots à une autre, et vous n’avez aucune capacité d’interprétation. Une solution pour vous brouiller serait de ne parler que par néologisme du même type !
- Ce qui provoquerait un nettoyage immédiat de cette cellule… Et de vous.
- Ne vous énervez pas… Ils sont susceptibles les petits hommes verts !
- Donnez moi l’amour.
- C’est vraiment votre leitmotiv ça ! Justement, je me disais que j’allais pouvoir retomber là dessus… On est bien d’accord qu’il n’y a aucune chance de créer un quelconque sentiment, d’amour ou autre, d’un point de vue social chez vous : famille, amis, collègues, tout ça ne veut rien dire.
- Ce sont des notions abstraites est inutiles : une complète perte de temps.
- C’est bien ce que j’ai cru comprendre ! On va donc attaquer le problème dans une autre optique ! Si on revient à mon néologisme… Ce genre de créations simples génère une petite satisfaction à son auteur : on prononce un mot nouveau, original, et compris par le plus grand nombre. Passez-moi l’expression, mais c’est la classe ! Vraiment de quoi briller en société.
- Vous êtes lamentables : le regard des autres n’est rien, seul l’intérêt commun compte.
- Chez vous, oui. Mais même si le regard des autres jette un oeil ailleurs justement, il reste une satisfaction personnelle importante. On a créé ! On a produit de soi-même quelque chose qui n’existait pas avant : c’est le début de ce qu’on appelle communément, l’art !
- Définition de Art : « Ensemble de gestes précis concernant une pratique maîtrisée. Pour les humains, l’art est avant tout une question d’esthétique et d’appréciation personnelle d’une rare stupidité. En effet, il arrive que deux hommes ne voient pas les choses de la même manière. Plus incroyable encore, ils peuvent aller jusqu’au conflit, pour une simple question d’opinion ! » Quel est le rapport avec l’amour ?
- Mais il est évident ! On parle ici d’appréciation personnelle : on se fie à son propre jugement et à ses convictions pour dire si on apprécie ou non telle ou telle chose. Nous sommes en plein dans le sujet : l’amour ! Aimer ou ne pas aimer quelque chose !
- Vous m’ennuyez, nous retombons dans le même problème. Je vais passer à un autre individu…
 
 
 
…A suivre…
 
 

Commenter cet article

ap 14/10/2007 16:56

la suite la suite la suite!!!:D

ManuMeuh 18/10/2007 14:03

Ca arrive, ca arrive, ca arrive !! ;-)Meuh à toi !!

Marie-Eve 13/10/2007 21:04

J'aime bien le début de cette pièce

ManuMeuh 18/10/2007 14:04

Merci, j'éspère que la suite te plaira autant !Meuh à toi !